10 manières de prendre soin de sa santé immunitaire

Date

Il n’y a pas que les médicaments qui peuvent protéger votre santé! Découvrez 10 moyens pour prendre soin de votre santé immunitaire. On parle de prévention tant pour la santé du corps que celle de vos habiletés cognitives!

Depuis 15 mois, un virus émergent qui mute sans cesse bouscule le monde. Les citoyens ont accepté les mesures sanitaires pour freiner la propagation du virus. L’objectif étant de freiner la propagation du virus et d’éviter de tomber malade, la plupart ont accepté de réduire leurs contacts sociaux et la diversité de leurs loisirs.

Malheureusement, des personnes semblent vouloir profiter de cette triste situation pour réaliser de bonnes affaires: intérêts personnels, développement de leur laboratoire de recherche, vedettariat en répondant quotidiennement de manière sensationnaliste aux journalistes, transformations ou inventions de faits pour avoir 15 minutes de gloire dans les médias, promotion de la perspective transhumaniste de la vie, etc.

COMMENT FAIRE DE LA PRÉVENTION?

Consciemment ou non, certains individus sont malheureusement prêts à bafouer l’éthique de la recherche pour forcer la prise de produits microbiologiques. L’impression d’urgence crée une disposition à « expérimenter » à grande échelle une nouvelle stratégie de prévention des formes graves de maladie virale, alors que certains réclament qu’elle soit imposée à toute la population.

Qu’on la propose et la rende disponible, c’est une chose. Qu’on l’impose par différentes stratégies, c’est une autre chose.

Non pas que les médicaments et les vaccins ne soient pas des outils précieux pour recouvrer sa santé, mais qu’il y a de nombreuses questions sans réponse sur la santé des patients qui accepteraient des nouvelles thérapies pour lesquelles on dispose de bien peu de connaissances sur les effets physiologiques.

C’est ainsi qu’à l’affut d’opportunités entrepreneuriales, les compagnies pharmaceutiques ont frappé à la porte des différents gouvernements, fortement inquiets en raison d’une première vague dévastatrice du virus, pour demander des fonds publics pour assurer l’effort de la recherche et pour garantir l’achat d’une toute nouvelle formule pharmacologique.

L’adoption d’un mode de vie sain permet d’atténuer l’impact de l’immuno-sénescence, tout en diminuant le risque de maladies chroniques incapacitantes, et représente donc à ce titre la meilleure arme à notre disposition pour vivre longtemps et en bonne santé.

Richard Béliveau, Ph.D.

En effet, c’est la première fois dans l’histoire humaine qu’on recourt à des produits qui jouent sur les cellules immunitaires avec des ARNm. L’hypothèse théorique, c’est que cette solution bloquerait les effets les plus dangereux en cas de contamination par les virus émergents. Nombre d’Européens et de Québécois sont déjà réticents à consommer des produits contenant des OGM, alors les chercheurs sont bloqués, d’une part, par l’absence d’acceptabilité de cette technologie et, d’autre part, à des problèmes de financement pour la développer.

Même si on part du principe que les universitaires sont bien intentionnés, on peut craindre que l’occasion a fait le larron. Loin de moi l’idée de banaliser les effets du virus: nous constatons tous les données alarmantes qui nous sont présentées, dans tous les pays occidentaux, quotidiennement autant pour nous informer de la situation que pour encourager l’adhésion aux mesures sanitaires.

Dans cette dynamique, on a occulté les différents moyens de prendre soin de sa santé. Pire, certains ont ridiculisé les personnes qui pensent qu’on peut agir autrement, notamment et surtout, en renforçant le système immunitaire. En effet, une personne en santé, tant sur le plan physique que mental, a plus de chance de résister aux effets indésirables des virus. C’est ainsi que les habitudes de vie sont donc importantes pour s’assurer que le système immunitaire soit assez robuste pour lutter contre un virus.

De plus, deux mises-à-jour épidémiologiques du CDC et de l’OMS ont révélé que 80% des hospitalisations et 88% des décès survenaient chez des personnes qui, malheureusement, souffraient d’obésité, souvent morbide. S’il existe plusieurs hypothèses pour expliquer cette réalité épidémiologique, c’est surtout une autre manière de nous sensibiliser à développer des habitudes de vie saines et à disposer d’une vie la plus équilibrée possible.

UN CAHIER SPÉCIAL DANS LES JOURNAUX DE QUEBECOR

Guidé par Richard Béliveau, un célèbre nutritionniste qui a écrit plusieurs livres sur la santé et la nécessité de bien manger pour prévenir le cancer, Québecor vient de publier un cahier spécial dans ses journaux populaires pour exposer des moyens concrets pour favoriser la santé globale et le soutien du système immunitaire pour contrecarrer les effets des virus…

Il était temps, après un an d’un discours trop soumis aux conflits et apparence de conflits d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique. Non pas que les médicaments ne soient pas nécessaires, mais il est grave – sur le plan éthique – qu’on ne discute que d’une seule manière de soigner les personnes, c’est à dire la mise au point de nouveaux produits pharmacologiques.

Souvent, ce sont des médecins ou des chercheurs qui défendront cette solution pour prévenir les complications médicales, alors qu’ils sont dépendants directement (fonds de recherche de l’industrie) et indirectement (financement des universités et des centres hospitaliers universitaires par l’industrie) des compagnies pharmaceutiques. Somme toute, ils peuvent avoir de nobles intentions, mais celles-ci ne justifient pas les discours dogmatiques, et ce, d’autant plus que leur renommée internationale dépend de la promiscuité avec l’industrie.

PROTECTION DU PUBLIC OU CORPORATISME?

Il est encore plus grave d’accuser des personnes de pratique illégale de la médecine, notamment les naturopathes et les ostéopathes, lorsque le Collège des médecins ne rappelle pas à l’ordre ses membres lorsqu’ils affirment que seule la vaccination permet de préserver les maladies. En effet, la solution vaccinale est, certes, une très intéressante quand le virus ne mute pas beaucoup, mais que elle n’est certainement pas la seule et unique stratégie dans des situations où les virus mutent sans cesse, comme c’est le cas de tous les virus grippaux et des coronavirus.

Par exemple, Robert Béliveau, aujourd’hui médecin retraité, expliquait – dans une lettre ouverte publiée dans La Presse le 29 mars dernier – que l’institution sensée protéger le public « laisse ainsi le champ complètement libre à la Santé publique, qui ne pourrait être sujette à aucune critique des mesures suggérées ou imposées. Comme si la Santé publique et son directeur étaient détenteurs de la vérité. Pourtant, après plus d’un an d’un régime de plus en plus liberticide, une stratégie dominante en Occident, la communauté médicale se doit de réagir. De briser le silence. D’oser prendre la parole! »

Pour ma part, j’ai critiqué le travail du comité d’éthique de la Santé publique qui s’est montré favorable à la création d’un passeport vaccinal, comme en Europe, pour accéder à certaines activités de loisirs et de tourisme, alors qu’il y a désormais un risque non-négligeable de voir des assureurs imposer la vaccination à leurs bénéficiaires.

LES 6 STRATÉGIES PROPOSÉES PAR RICHARD BÉLIVEAU

Richard Béliveau explique qu’on « le voit d’ailleurs très bien dans le cas de la Covid-19 où un risque élevé de mortalité est presque exclusivement observé chez les personnes dont l’immunité n’est pas optimale, soit parce qu’elles sont très âgées ou qu’elles présentent des problèmes de santé préexistants (obésité, diabète, cancer, maladies cardiovasculaires). »

Dans ce contexte, le cahier spécial qu’il a dirigé devient une ressource inespérée! Qu’on se le dise: on parle de prévention, mais aucunement de traitement d’une quelconque maladie. L’idée dans le concept de prévention, c’est d’encourager le terrain physiologique qui permet au corps de mieux réagir en cas de contact avec un agent pathogène. Cela n’évitera pas d’avoir des symptômes, mais cela contribuera à disposer d’un système immunitaire plus efficace pour réguler les fonctions du corps.

Ainsi, voici six manières de protéger et de stimuler votre système immunitaire tel qu’exposée dans la chronique de Richard Béliveau:

1) ne pas fumer,

2) maintenir son poids normal (pour rappel, 80% des hospitalisation et 88% des décès associés au COVID),

3) faire le plein de vitamine D (n’en déplaise au clown qui l’a critiquée),

4) essayer de bien dormir (cela contribue aussi à réduire le stress, surtout chez les jeunes),

5) il faut impérativement bouger (c’est bon pour le moral et la santé du corps, mais aussi pour diminuer le stress),

6) il faut bien manger (ce qui limite aussi la prise de poids qui, comme rappelé ci-dessus est la principale cause des complications dues au covid).

Richard Béliveau ajoutait qu’il « n’existe donc pas de remède miracle capable à lui seul d’améliorer nos défenses contre les infections: comme pour la santé en général, le seul véritable moyen de pouvoir compter sur un système immunitaire optimal est d’adopter de saines habitudes de vie qui, collectivement, vont permettre de maintenir l’équilibre essentiel au fonctionnement de l’ensemble des fonctions physiologiques.« 

QUATRE AUTRES STRATÉGIES QUI PEUVENT AIDER

C’est ainsi que les sphères psychologiques et sociales comme moyens complémentaires pour prendre soin de son système immunitaire, car les mécanismes biologiques engendré par une boucle de stress qui s’affole conduisent aussi à fragiliser le système immunitaire. De plus, on s’entend que lorsque notre santé mentale va bien, il est plus facile d’adopter de saines habitudes de vie.

C’est ainsi que nous devrions considér que:

7) il est nécessaire d’apprendre à bien gérer ses émotions et son degré de stress-anxiété pour réduire les risques de sur-adaptation et l’émergence de comportements dérangeants mus par la peur, notamment de souffrir ou de mourir,

8) il est nécessaire d’apprendre à être bienveillant envers les autres, car cela permet de sortir des conflits relationnels qui enveniment notre société depuis des mois lorsque des personnes pensent différemment,

9) il est nécessaire d’apprendre à prendre soin de soi et de développer une complicité qui permet de vivre le plus sereinement possible et d’éviter de nourrir les réactivités qui nous entourent,

10) il est nécessaire d’apprendre de nouvelles choses, d’être curieux et de sentir ce qui nous rend heureux, car alors on peut donner une direction à sa vie qui est plus cohérente que celles dans lesquelles on s’est parfois perdus

Les outils de la pleine présence vont soutenir ces quatre aspects de la régulation émotionnelle et cognitive qui, associées à d’autres stratégies et habitudes de vie, vont soutenir de manière préventive la santé de votre système immunitaire, mais aussi celle de votre cerveau pour disposer de ressources optimisées pour prendre vos décisions en votre âme et conscience, et non sous l’effet de la peur et du sensationnalisme.

Alors… Amusez-vous en étant prudent, mais profitez surtout de la vie!

Joël Monzée, Ph.D.
Docteur en neurosciences

Sources et liens complémentaires

1) https://www.journaldemontreal.com/2021/04/04/prendre-sa-sante-immunitaire-en-main

2) Stokes EK et coll. Coronavirus Disease 2019 case surveillance— United States, January 22-May 30, 2020. MMWR Morb. Mortal. Wkly Report. 2020 ; 69:759–765.

3) https://www.lapresse.ca/debats/opinions/2021-03-29/le-college-des-medecins-a-t-il-failli-a-sa-mission.php

4) https://joelmonzee.com/lethique-bafouee/

5) https://www.journaldemontreal.com/2021/04/04/aliments-cles-pour-batir-une-armure-contre-la-covid

6) https://joelmonzee.com/developper-la-pleine-presence/

7) https://joelmonzee.com/diminuer-lintensite-des-symptomes-de-la-charge-mentale/

8) https://joelmonzee.com/comment-faciliter-un-vivre-ensemble-serein-dans-notre-maison-ou-notre-classe/

9) https://www.journaldemontreal.com/2021/04/04/le-sommeil-lie-au-systeme-immunitaire

10) https://www.journaldequebec.com/2021/04/03/une-nouvelle-vie-grace-a-la-pandemie

Plus
D'articles