3 ressources pour survivre aux comportements dérangeants
30 janvier 2021
Une initiative mobilisatrice des milieux pour soutenir les élèves en difficultés
7 février 2021
Tout voir

Le temps file… et il ne reviendra pas!

Je ne sais pas pour vous, mais je trouve que le temps se contracte de plus en plus. Le temps file et il ne reviendra pas. Alors, comment en prendre soin?

Le temps s’écoule si vite

Lorsque j’ai fait mon entrée au Secondaire, notre titulaire nous avait accueilli avec la bienveillance d’un grand-père qui racontait des anecdotes à ses petits-enfants au coin du feu.

Une de celles qui m’est toujours restées mémoire, c’est celle relative au temps. Il nous disait que, pour un bébé fêtant son premier anniversaire, un an, c’est toute sa vie. Ensuite, il nous reflétait qu’un an, c’était un douzième de la nôtre, alors que pour lui, c’était un 64e de sa vie.

C’est ainsi que, du haut de mes 12 ans, je prenais conscience du concept de temps et de sa relativité, mais aussi de la confrontation des logiques du temps.

Conflits de logique: Kronos vs Kairos

Comme de nombreuses communautés du temps de l’Antiquité, les Grecs donnaient le nom d’un dieu à tous les phénomènes humains ou terrestres qu’ils observaient. C’est ainsi que trois dieux du temps ont été définis: Kairos, Kronos et Éos.

En conférence, je parle surtout des deux premiers, car ils influent beaucoup sur les comportements des jeunes… et créent fréquemment des tensions entre la logique des enfants et celles des adultes, car leur « dieu-du-temps » n’est pas le même.

D’abord, les enfants de moins de 5-6 ans n’ont aucune idée du temps. Ils vivent dans le présent. Et nous nous efforçons souvent de leur faire comprendre notre logique, ce qui crée des conflits bien tristes.

Ensuite, les enfants d’âge maternelle-primaire commencent à découvrir Kairos: le temps relatif au plaisir et au déplaisir. C’est à dire que d’attendre maman 5 minutes est bien plus long que de regarder 30 minutes de télévision. Et, parfois, attendre 15 secondes que son enseignant donne la parole pour qu’il puisse donner une réponse ou poser une question, c’est une éternité. S’il n’y résiste pas, ce n’est pas de l’impulsivité, mais un conflit de logique enfant/adulte.

Kronos commence à s’installer tout doucement durant l’adolescence. Une heure, c’est une heure. Une semaine est une semaine. Oui, mais… Il y a tellement de choses qui se passent en une semaine dans la vie d’un ado qu’ils ont tout le temps… jusqu’à la dernière minute où ils se rendent compte qu’ils n’en ont plus. Oups. Un travail probablement non fait, mais on a quand-même tout notre temps: la vie est devant nous!

Éos

Cela prend de la maturité, rarement atteinte avant 35-40 ans pour faire la part des choses et maîtriser toutes les logiques du temps. C’est Éos qui s’installe. Mais, il s’efface rapidement dès que le stress devient intense ou chronique. Là, Kronos ou Kairos reprennent le contrôle.

Éos, c’est la compréhension que le temps file et ne se représentera pas, donc qu’il est précieux d’apprendre à prendre soin de notre temps! Somme toute, notre temps est précieux. Il faut que nous le consacrions à ce qui nous est le plus cher:

  • prendre soin de nous-même (parce que personne ne le fera à notre place),
  • prendre soin de notre famille (parce que nous avons fait le choix d’avoir des enfants),
  • prendre soin de nos activités professionnelles (même à l’arrêt, on peut faire quelque chose pour préparer la relance; et pour ceux qui travaillent, le faire le mieux possible) et
  • prendre soin de notre société (notre communauté est essentielle à notre propre survie).

Sortir des contradictions qui nous dispersent

Il y a comme une contradiction: beaucoup de choses sont à l’arrêt, mais le temps file. Alors, quelles sont les manières dont vous prenez soin de votre temps?

Quelles sont vos priorités?

Quelle logique du temps vous guide en ce moment?

Est-ce que votre équilibre vous convient?

Que pouvez-vous faire si vous n’aimez pas la logique dans laquelle vous êtes engagé(e)?

La quête de soi passe, de toute façon, autant par une certaine humilité (car nous faisons tous des gaffes) que par la capacité de se voir aller (pour éviter de reproduire les gaffes). Alors, tentez l’aventure!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *