L’hypersensibilité (4/4): Accompagner notre ado à mieux canaliser son hypersensibilité pour en faire quelque chose de constructif.

Date

Avez-vous parfois l’impression que votre ado lit en vous comme un livre ouvert? Il peut être prompt et vous remettre en plein visage ce que vous dites mais que vous ne faites pas. L'hypersensibilité affective chez les jeunes peut se traduire par une perception plus développée des enjeux, de l'ambiance et de l'émotivité des personnes qui les entourent. Découvrez pourquoi avec l'histoire de Jacob, 12 ans.

À l’école, Jacob n’a pas beaucoup d’amis. Ses parents sont inquiets parce que leur fils préfère s’isoler plutôt que de se mêler aux autres.

Lorsqu’ils en discutent, Jacob leur avoue qu’il ne se sent pas vraiment à sa place parmi les élèves de son âge. Il se sent différent et il sait que les autres élèves le trouvent comme « bizarre ».

En effet, Jacob est reconnu pour être prompt et dire ce qu’il pense et ressent sans retenue. On lui reproche souvent son manque de tact. Les élèves et les enseignants en sont parfois choqués. Ce qui lui vaut d’être parfois mis de côté.

Les parents de Jacob ont aussi droit aux commentaires et aux paroles directs de leur fils. Cela les dérange, mais ils reconnaissent que ses propos sont souvent pleins de vérités.

« Ça fait mal, parfois, mais notre fils est intègre, » reconnaissent-ils quand ils parlent avec leurs amis.

Jacob ne se gênera pas pour nommer ce qu’il voit, entend et ressent. Il faut le voir observer les individus et être capable de nommer les incohérences, de mettre le doigt sur des réactions qui ne font pas de sens pour lui. Un jour, il sera sans doute capable de mieux choisir ses « combats » mais, pour le moment, ses reflets sont compris comme des impertinences, des objections irrationnelles ou un manque de collaboration.

Force est de constater que Jacob semble comprendre rapidement les personnes qu’il croise et préfère ne pas rester dans des environnements irrespectueux envers ses valeurs. Il faut parfois reconnaître qu’il interprète aussi certains événements ou certaines situations à travers de biais cognitifs. C’est normal, c’est un ado. Il a besoin d’être aussi guidé.

S’il préfère être seul que mal accompagné, il ne peut pas partir de l’école. C’est ainsi que les élèves et les adultes qui gravitent autour de lui se retrouvent fréquemment pris au dépourvu. Ceux-ci réagissent et Jacob constate qu’il s’attire de plus en plus de ressentiment des autres.

Les parents de Jacob sont touchés par l’hypersensibilité de leur fils, mais comment la rende positive et en faire quelque chose d’utile? Pour le moment, leur fils s’isole de plus en plus car il comprend qu’il blesse les autres alors que ce n’est pas ce qu’il souhaite.

• Comment outiller et guider notre jeune afin qu’il utilise son hypersensibilité de façon constructive?
• Comment amener notre jeune à comprendre et à ressentir les émotions qui lui appartiennent de celles qui ne lui appartiennent pas?
• Comment le guider pour déceler ses biais cognitifs qui perturbent sa lecture des comportements d’autrui?

APPRENDRE À CHOISIR SES COMBATS EN RÉGULANT SES PENSÉES ET SES AFFECTS

Grâce à la formation 1001 émotions animées par Joël Monzée qui aborde notamment le thème de l’hypersensibilité affective, les parents de Jacob commencent à mieux comprendre leur adolescent et comment fonctionne son cerveau et sa capacité d’analyse des relations.

Ils décident alors de mettre en pratique les stratégies psychocorporelles qui contribuent à ressentir les émotions et à prendre conscience de ses pensées, tout en évitant que Jacob ne décharge instantanément le fruit de son analyse, justifiée ou biaisée, de la situation qu’il vit.

Ils accompagnent désormais leur fils pour qu’il découvre que les sensations corporelles peuvent l’aider à réguler ses pensées et ses affects. Comme son cerveau n’a pas encore la maturité requise, la présence des parents est essentielle. Par ailleurs, il est plus facile de guider un jeune quand il est pré-adolescent que lorsqu’il rencontrera sa première crise autour de ses 13 ans.

Profitant de sa disponibilité et de la confiance mutuelle qu’ils entretiennent depuis toujours, les parents de Jacob aident leur fils à identifier comment il se sent quand il est envahi par une émotion grâce notamment à quelques questions:

• Comment je me sens ?
• Qu’est-ce que je ressens dans mon corps ?
• Est-ce que l’émotion que je vis en ce moment m’appartient ?

Après être passé par ces différentes questions, ils amènent leur fils à prendre quelques bonnes respirations, en commençant par une expiration puissante, tel que c’était conseillé dans la formation sur les 1001 émotions vécues par les enfants et les ados (et aussi les parents!).

Une fois qu’il se sent mieux, ils le guident vers cette réflexion: «Comment est-ce que je peux nommer aux autres ce que je ressens et ce que je perçois sans blesser, et ce, de façon à ce que ça soit constructif dans ma relation avec les autres?»

Au début, ces questionnements sont complexes et demandent du temps à être intégrés, y compris pour des adultes, car notre éducation tient peu compte des affects dans un monde voué à la performance.

C’est pourquoi les parents s’engagent à faire de temps à autre l’exercice pour eux-mêmes en verbalisant à haute voix à leur fils comment ils s’y prennent pour réguler leurs pensées et leurs émotions.

Toute cette démarche demande du temps et beaucoup de bienveillance de la part des parents. Toutefois, tous les membres de la famille se retrouvent mieux outillés pour réguler les réactions déclenchées par l’hypersensibilité de Jacob.

Somme toute, Jacob a ouvert une porte autant pour lui que pour ses parents, afin qu’ils puissent vivre plus de bonheur et de sérénité.

Retenons que…

1) L’hypersensibilité affective chez les jeunes peut se traduire par une perception plus développée des enjeux, de l’ambiance et de l’émotivité des personnes qui les entourent.

2) Il est important d’être présent comme parent pour soutenir son jeune dans la compréhension de ce qu’il vit comme émotion et pour identifier comment il la ressent dans son corps. Cela permet de réduire les interprétations erronées des situations vécues.

3) L’anxiété diffuse déclenchée par l’hypersensibilité peut s’atténuer en développant les habiletés nécessaires à prendre conscience de son expérience psychocorporelle, ainsi qu’en développant une certaine bienveillance envers autrui.

4) Au fil du temps, la création d’une forme de décodeur d’affects va permettre de mieux réguler et de mieux canaliser l’hypersensibilité pour en faire quelque chose de constructif.

POUR EN SAVOIR PLUS …

• Cerveau et adolescence: les cinq étapes pour passer du monde de l’enfance à l’âge adulte (accéder à la formation).

• Apprivoiser les 1001 émotions qui colorent la vie des familles / Module dédié à l’hypersensibilité des enfants et des ados (accéder à la formation).

• Pleine Présence et gestion des émotions des ados: initiation (accéder à la formation).

• Choisir la pleine présence pour prendre soin de soi quand le stress est chronique: formation (accéder à la formation).

Plus
D'articles