Le lien de confiance (3/4): Pourquoi créer un lien de confiance avec nos élèves ?

Date

Certains élèves arrivent à l'école avec des émotions déjà plein le capuchon. Ils commencent la journée en se bagarrant dans la cour d'école, ils bousculent dans les rangs et ils évitent surtout de se mettre à la tâche une fois en classe. Quels besoins se cachent derrière tous ces comportements qui dérangent ? Pourquoi un lien de confiance solide avec l'enseignant et l'intervenant est si important pour ces enfants pour qui les émotions débordent ? Pour en savoir plus, découvrez l'histoire de Ludovick, 9 ans.

Isabelle, une enseignante de 3e année, est préoccupée par certains des comportements de son élève Ludovick.

• Pourquoi se bagarre-t-il dans la cour de récréation avec ses copains ?
• Pourquoi est-ce qu’il y a régulièrement des bousculades dans les rangs ?
• Pourquoi est-ce qu’il se met en colère dès qu’on change de matière en classe ?

L’ENFANT SE DÉSORGANISE FACILEMENT

Informés, les parents ne savent plus quoi faire. Ils sont, en plus, convoqués à une réunion d’urgence, alors que l’école songe à l’envoyer vers une autre école qui « serait plus en mesure de répondre à ses besoins ».

Quand il joue avec les copains du quartier, durant les fins de semaine ou lors des activités sportives qui lui permettent de se défouler, les activités se déroulent bien. D’ailleurs, il est reconnu comme un jeune leader positif tant au soccer qu’au hockey.

Pourtant, c’est difficile pour lui depuis le début de sa scolarité. Ça marche à la maison et lors des loisirs, mais la vie scolaire est difficile. Pire, il est désormais reconnu pour être l’enfant bagarreur !

Plus souvent qu’autrement, il arrive à l’école en colère. La directrice explique aux parents que, dans l’autobus, des plus vieux l’agacent. Comme il se défend agressivement, le chauffeur le chicane.

Dans la cour d’école, avant son entrée en classe, il arrive souvent que Ludovick se retrouve dans des situations de conflit.

Les parents expliquent qu’il arrive à l’école souvent le ventre vide, car il n’a pas eu le temps de manger. Ils ont beau le réveiller tôt et le chicaner pour qu’il s’habille, rien n’y fait. À la dernière minute, il saute dans ses vêtements, puis sort pour attendre le bus.

Son enseignante, Isabelle, explique qu’à peine la journée commencée, Ludovick est déjà à fleur de peau et qu’il n’est pas du tout disponible pour ses apprentissages. Il entre dans la classe, il parle fort, il n’a pas envie de faire sa routine du matin. Il se désorganise rapidement.

La matinée débute ainsi et elle donne le ton au reste de sa journée.

• De quelles façons un lien sécurisant et apaisant entre un enfant et l’adulte qui prend soin de lui peut-il être bénéfique ?
• Comment accompagner un enfant qui a besoin d’être sécurisé et apaisé ?
• Que se cache-t-il derrière les comportements dérangeants d’un enfant ?

EN RECRÉANT UN LIEN CHALEUREUX LE MATIN, LUDOVICK SE SENT EN CONFIANCE

Plutôt que de confronter les parents et augmenter leurs inquiétudes face aux comportements de leur fils, Isabelle tente différentes approches auprès de Ludovick. En effet, le problème se présente surtout à l’école, donc elle se donne la mission de transformer son agressivité en force pour qu’il soit, comme dans ses activités sportives, un leader positif.

Elle observe que lorsqu’elle prend le temps de l’accueillir le matin avec une voix calme, un regard doux, une main réconfortante sur l’épaule, Ludovick semble moins tendu par la suite.

Parfois, lorsqu’elle le sent plus agité, elle lui demande: « Je te sens agité Ludovick ce matin. Est-ce que je me trompe ? Est-ce que tu veux me parler de ton matin ? Qu’est-ce qui te permettrait de t’apaiser ? Un mandala, lire, aller dans le coin lecture ?»

Les journées de Ludovick ne sont pas parfaites, mais il se sent compris et accueilli par son enseignante.

Ludovick se sent en confiance avec son enseignante et cela lui permet d’alléger quelque peu son lot d’émotions et de mieux les ressentir.

Avec le temps, Ludovick fonctionne mieux en classe, mais Isabelle reste tout de même préoccupée par l’état émotionnel de Ludovick et elle décide de demander un support au TES de l’école.

Elle veut investiguer davantage auprès de Ludovick: qu’est-ce qui pourrait expliquer toute cette colère ?

Pour sa part, l’éducateur spécialisé prend aussi le temps de discuter avec Ludovick. Toutefois, Ludovick est plutôt fermé aux échanges. Il ne veut pas trop parler de ce qui se passe à la maison.

Mais, lorsqu’il parle de sa grand-mère, ses yeux s’éclairent et son corps s’apaise. Il arrive parfois qu’il dorme chez grand-maman, il aime cuisiner et écouter des films avec elle. Le lien avec sa grand-maman est très important pour Ludovick.

Retenons que…

1) Un enfant qui se sent vu, entendu et compris de l’adulte qui prend soin de lui se sentira davantage en sécurité et en confiance.

2) Outiller l’enfant à prendre soin de lui et à prendre des moments pour s’apaiser favorise son sentiment de sécurité et de confiance.

3) Le parent n’est pas la seule personne à pouvoir contribuer au sentiment de sécurité et d’apaisement chez un enfant. Par exemple, un grand-parent ou en enseignant peut contribuer grandement au sentiment de sécurité et d’apaisement chez un enfant.

VOUS AIMERIEZ EN SAVOIR PLUS SUR LES STRATÉGIES POUR INTERVENIR EFFICACEMENT POUR CONTRER LES COMPORTEMENTS DÉRANGEANTS ?

Voici des ressources pour vous aider à aider les enfants à mieux vivre leurs émotions:
• Importance du lien de confiance pour favoriser la réussite scolaire (accédez à la formation)
• Canaliser les colères pour en faire une force (accédez à la formation)
• Transformer l’opposition en affirmation de soi (accédez à la formation)

Plus
D'articles