Les moments de transition (4/4): L’été de tous les changements! Comment accompagner notre ado?

Date

L'adolescence amène son lot de transitions et de changements. Même si notre jeune manifeste son besoin d'indépendance et d'autonomie, il en demeure qu'il a encore besoin d'être soutenu par des adultes bienveillants pour développer ses ressources. Cette danse n'est pas toujours simple! Découvrez comment accompagner votre jeune dans les petites et grandes transitions avec l'histoire d'Anne-Marie, 17 ans, et de ses parents.

Durant l’été de tous les changements, Anne-Marie est à la fois heureuse et angoissée face à toutes les nouveautés dans sa vie: elle a reçu son diplôme de secondaire; elle a enfin passé son permis de conduire, après deux échecs; l’achat de sa première voiture qu’elle doit aider à payer; un nouveau travail d’été, plus payant ; et, finalement, l’entrée au Cégep pour suivre les cours qui vont la préparer à la carrière qu’elle anticipe déjà!

Avec ses parents, elle a estimé que c’était plus facile de rester dans la maison familiale. Ils vivent dans une jolie maison cossue, au bord d’une rivière virevoltante. Elle a son arbre, celui qui écoute ses confidences, alors qu’elle s’assoit sur sa balançoire qu’elle déplace doucement chaque fois que l’anxiété est trop forte.

Comme il n’y a pas de transports en commun pour se rendre au Cégep, elle pourra conduire pour y aller. C’est correct pour l’automne, mais elle anticipe les conditions hivernales. Son père la rassure. Il lui a toujours dit que, quoi qu’il arriverait, il lui paierait toujours d’excellents pneus. « Même quand je serai mariée ? » demandait-elle plus jeune. Et son père répondait toujours que c’était une de ses priorités, un engagement formel.

Il y a toutefois des réalités auxquelles ses parents ne peuvent pas faire grand-chose. Anne-Marie devra s’habituer à un nouvel horaire, à de nouvelles habitudes entre le moment de son réveil jusqu’au moment où elle se retrouvera en classe. Elle quittera un univers un peu infantilisant pour se retrouver dans un espace de tous les possibles.

• Oui, mais comment gérer la vacuité ?

• Comment passer d’un environnement stéréotypé à un cadre plutôt libertaire, mais un projet de vie qui impose beaucoup de rigueur ?

Elle devra aussi beaucoup travailler, car le programme universitaire dans lequel elle souhaite s’investir impose une excellente moyenne.

Tout ce lot de nouveautés la stresse, l’inquiète, l’angoisse…

Ses parents essaient de la guider. À la fin de l’été, ils lui avaient demandé si elle avait complété son horaire, décidé ses choix de cours, obtenu une vignette de stationnement… Anne-Marie frustrait, se fâchait et leur disait de se mêler de leurs affaires, avant de claquer la porte et de s’enfermer dans sa chambre.

Ses parents voyaient bien que leur fille était stressée. Mais, « elle est grande, elle est mature, elle a 17 ans… » se disaient-ils…

• Quand s’arrête l’accompagnement auprès de nos enfants ?

• Quand deviennent-ils autonomes dans la gestion des changements qui se présentent dans leur vie ?

Ils sont adolescents, ils veulent plus de liberté et plus d’autonomie.

• Mais, ont-ils encore besoin qu’on les accompagne à certains moments de leur vie ou doivent-ils affronter les différents moments de transition qui se présenteront à eux comme des êtres matures ?

L’IMPACT DE LA MATURATION PROGRESSIVE DU CERVEAU

En sachant que le cerveau acquière sa maturité entre 40 et 45 ans et que la société est de plus en plus complexe, l’adolescent a encore besoin du soutien et de l’accompagnement des adultes.

Les parents d’Anne-Marie pensaient qu’ils n’auraient pas besoin d’intervenir dans la gestion de tous ces changements.

Ils pensaient qu’elle se débrouillerait pour passer au travers de cette nouvelle aventure comme une grande.

Cependant, ils voient bien que leur fille appréhende énormément l’entrée au Cégep, les nouvelles libertés, mais aussi les exigences du programme couplées à celles du travail qu’elle conservera tous les dimanches pour payer sa part de l’achat de l’auto, l’essence et les éventuelles réparations, ainsi que les sorties avec les copines.

Parfois, elle explose et claque la porte. Souvent, elle se replie sur elle-même, elle est distraite, elle mange ses ongles et elle est impatiente quand un membre de sa famille essaie de lui parler.

Le père d’Anne-Marie décide à quelques jours de la rentrée d’aller faire un tour de voiture avec sa fille. Elle se demande pourquoi. Elle voudrait refuser, mais elle s’est toujours sentie si heureuse après avoir fait une balade avec son père. Aujourd’hui, c’est elle qui conduit…

Une fois en route, il lui dit : « Amène-moi à ton Cégep! »

Au début, elle ne sait pas trop s’il lui fait une blague mais elle comprend vite qu’il est sérieux.

Sur la route, ils discutent tous les deux. La tension d’Anne-Marie redescend.

Son père la guide, il lui suggère le chemin le plus simple pour se rendre à ses cours. Il lui montre aussi une alternative si jamais le trafic était trop dense et qu’elle craint d’arriver en retard.

Arrivé proche du bâtiment où elle suivra ses cours, elle va stationner sa voiture au stationnement prévu pour sa vignette.

Une fois l’auto arrêtée, Anne-Marie pense qu’ils retournent ensuite à la maison, mais son père sort de la voiture. Ils entreprennent ensemble de faire le tour de l’institution. Ils repèrent la cafétéria, la bibliothèque, le complexe sportif, etc. Ils marchent tantôt lentement, quand ils parlent, tantôt rapidement, pour modifier le rythme de la respiration.

Cette routine, le papa l’a souvent utilisée avec sa fille pour l’aider à réguler ses émotions envahissantes. Il l’aide à se créer des repères, mais aussi lui permet de construire des ancrages pour gérer l’anxiété quand elle est seule. Elle se détend.

Sa complicité retrouvée avec son père, elle s’excuse des colères des derniers jours. Il la rassure avec tendresse. « Tu sais, ma chérie, on ne choisit pas d’avoir des enfants uniquement pour les bons moments. Il y a des moments plus difficiles. C’est normal que tu aies peur, tout sera nouveau pour toi. Je te vois te retirer dans ta chambre. Tu dois te sentir parfois bien impuissante face à cette transition majeure dans ta vie. La colère, c’est une émotion qui t’aide à te reprendre en main. Tu dois l’apprivoiser pour éviter de blesser ceux que tu aimes, mais c’est un apprentissage. D’ailleurs, je t’ai fait parfois de la peine quand je me fâchais. Je suis juste toujours venu te faire mes excuses et on retrouvait notre complicité. C’est un cycle à apprivoiser pour éviter de faire mal, mais il est normal de vivre des colères. »

Au fil de la balade, Anne-Marie ressent toute la compassion de son père. Ils reprennent l’auto et prennent la direction de la maison plus détendue. Elle a le sourire.

Elle comprend que la peur du changement l’avait envahie et elle craignait que ses ressources ne soient plus accessibles. Pourtant, elle se sent choyée et remarque qu’il suffit de reprendre un à un ses outils pour canaliser ses émotions…

Le soir, elle se dirigea vers sa balançoire. Elle se donne un petit mouvement et ressent le bonheur d’avoir fait cette sortie avec son père. Elle raconte alors à son arbre préféré que cela l’a aidée à apaiser sa peur du changement.

Retenons que…

1) Même si l’ado manifeste son besoin d’indépendance et d’autonomie, certains comportements ne trompent pas ! Les comportements sur-réactifs ou sous-réactifs de votre jeune demandent à être reconnus, vus et entendus. Ils sont le langage de ses émotions.

2) Il ne faut pas hésiter à ouvrir une conversation, semer des idées, initier le développement d’une nouvelle stratégie… ce que vous semez maintenant pourrait bien émerger plus tard dans le coffre à outils de votre jeune.

3) L’adolescence dure plusieurs années et elle se caractérise par cinq étapes majeures pour développer de nouvelles ressources. En outiller son ado à développer ses habiletés affectives par des exercices de pleine présence, on l’aide à devenir une jeune femme ou un jeune homme responsable de ses engagements.

POUR EN SAVOIR PLUS…

Voici des ressources pour vous aider à aider les ados à mieux vivre ses émotions:

• Cerveau et adolescence: les cinq étapes pour passer du monde de l’enfance à l’âge adulte (accédez à la formation)

• Apprivoiser les 1001 émotions qui colorent la vie des familles (accédez à la formation)

• Pleine Présence et gestion des émotions des ados – initiation (accédez à la formation)

• Choisir la pleine présence pour prendre soin de soi quand le stress est chronique – formation (accédez à la formation)

Plus
D'articles