L’impact traumatisant des discours médiatiques entourant la crise sanitaire

Date

Suite à la publication d’une note de recherche de l’INSPQ exposant les impacts traumatiques entourant la crise sanitaire chez les enfants, j’ai eu une discussion avec l’animateur Jean-Francis Blais et les membres de son équipe…

Entrevue de fond, cette après-midi, sur les effets psychologiques des mesures sanitaires sur les enfants.

Au fil de la discussion, j’aborde plein de pistes pour aider les enfants et les ados à recouvrer leur santé psychologique avant et pendant la rentrée scolaire. Une entrevue de fond pour vous permettre de mieux guider vos jeunes.

Comme le fichier est trop volumineux pour le placer dans la section des entrevues radiophoniques du présent site, je vous propose d’écouter l’entrevue ou de la télécharger-la: lien vers le site de la radio

MESSAGES CLÉS DE LA NOTE DE RECHERCHE

L’INSPQ synthétise sa note comme suit:

 « Quatorze études originales ayant documenté des impacts de la pandémie de la COVID-19 sur le développement des enfants de 2 à 12 ans ont été recensées. Ces études examinent presque exclusivement le domaine du développement social et affectif, principalement en ce qui concerne les problèmes de comportements internalisés et externalisés. 

Les études rapportent généralement une augmentation des problèmes de comportements internalisés et externalisés chez les enfants de 2 à 12 ans, mais les résultats sont mitigés quant à un effet différencié selon le genre ou l’âge. 

Les autres impacts répertoriés sont les difficultés d’autorégulation et d’adaptation, ainsi que les comportements de régression. 

Le peu d’études qui abordent les comportements d’adaptation positive, comme des attitudes prosociales, s’entendent sur une présence accrue de ce type de comportement chez les enfants plus vieux comparativement aux plus jeunes

L’état de la santé mentale du parent de même que certaines caractéristiques sociodémographiques sont des facteurs associés à la présence de problèmes de comportements internalisés et externalisés, ce qui rappelle l’importance de s’attarder au bien-être et aux conditions de vie familiale. 

Les saines habitudes de vie et les pratiques parentales positives constituent des facteurs de protection, et doivent donc être favorisées. 

Dans l’optique d’une trajectoire de rétablissement, il est primordial de soutenir à la fois les parents et les enfants, en ciblant également les différents milieux de vie en mettant de l’avant les facteurs de résilience. » (INSPQ, 2021)

Sources:

  1. INSPQ, COVID-19 : Impacts de la pandémie sur le développement des enfants de 2 à 12 ans, juillet 2021.
  2. Emilie Pelletier, Comment se portent les enfants en pandémie?, LeSoleil, 4 août 2021

Plus
D'articles